15.08.2017, 08:00  

Deux Valaisannes décrochent le graal de la formation agricole (2/2)

Abonnés
chargement
1/2  

 15.08.2017, 08:00   Deux Valaisannes décrochent le graal de la formation agricole (2/2)

Formation agricole - Rares sont les Valaisannes à avoir obtenu une maîtrise agricole. Cette année, deux agricultrices ont mené à bien cette formation, Marie-Danielle Luisier et Bérangère Carron.

Evénement exceptionnel, deux Valaisannes ont obtenu leur maîtrise agricole cette année. Deux en une volée, alors que l'Association des maîtres agriculteurs du Valais ne compte que quatre femmes parmi ses 114 membres.

Bérangère Carron et Marie-Danielle Luisier ont décroché leur maîtrise, en même temps que le Vétrozain Bertrand Pillet. La cuvée 2017 est assez exceptionnelle, puisque ces cinq dernières années, seuls trois Valaisans ont décroché ce graal.

Le nouveau défi de Marie-Danielle...

Evénement exceptionnel, deux Valaisannes ont obtenu leur maîtrise agricole cette année. Deux en une volée, alors que l'Association des maîtres agriculteurs du Valais ne compte que quatre femmes parmi ses 114 membres.

Bérangère Carron et Marie-Danielle Luisier ont décroché leur maîtrise, en même temps que le Vétrozain Bertrand Pillet. La cuvée 2017 est assez exceptionnelle, puisque ces cinq dernières années, seuls trois Valaisans ont décroché ce graal.

Le nouveau défi de Marie-Danielle Luisier

L’agriculture, Marie-Danielle Luisier est tombée dedans lorsqu’elle était petite. Ses parents sont agriculteurs et trois des cinq enfants de la famille bagnarde ont obtenu leur CFC agricole. Il y a quelques années, la famille s'est fait connaître dans toute la Suisse romande en participant à l'émission de la RTS Un dîner à la ferme.

>>A lire aussi: La famille Luisier a participé à l'émission Un dîner à la ferme

Marie-Danielle a voulu aller jusqu’au bout de sa formation en décrochant sa maîtrise. En fait, à 24 ans, elle a réussi tous ses examens, mais devra attendre encore un peu avant de recevoir son diplôme… qui ne peut pas être délivré à quelqu’un de moins de 25 ans.

Après avoir œuvré quelque temps sur l’exploitation familiale de Sarreyer, sur laquelle on trouve des Hérens et des daims notamment, elle a commencé par travailler à l’alpage de Colombire, sur les hauts de Crans-Montana. Fromagère, elle obtient une médaille d’or et la meilleure note du canton pour son raclette lors de sa première année de production.

Cette année, elle débute une nouvelle aventure. Elle a signé un bail de 6 ans avec l’alpage vaudois de Mont-Dessous, sur les hauts de Rossinière, dans le Pays-d’Enhaut. Elle y gère un troupeau d’une quarantaine de chèvres, ainsi que quelques bovins.

Une race de chèvres à sauver

Elle suit donc sa propre voie, loin de sa famille agricultrice. «J’avais envie de travailler pour moi, d’avoir quelque chose à moi. J’ai toujours eu envie de faire quelque chose avec les chèvres.» Marie-Danielle a pris ses propres chèvres à l’alpage, des Grisonnes à raies, une race rustique menacée.

«Ce que j’aime dans mon métier, c’est que nous avons beaucoup de liberté. On est dehors, on gère son emploi du temps. J’ai besoin du contact avec les animaux, avec les chèvres surtout; j’apprécie leur petit caractère. J’aime fabriquer. On ne vend pas que du fromage, mais toute une histoire qui va avec.»

En plus de son métier de base, elle va aussi encadrer les élèves agriculteurs qui suivent une nouvelle formation pratique lancée pour améliorer la formation du personnel d’alpage. Un beau défi pour une jeune agricultrice.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

Formation agricoleDeux Valaisannes décrochent le graal de la formation agricole (1/2)Deux Valaisannes décrochent le graal de la formation agricole (1/2)

Top