13.09.2017, 19:06  

Mission accomplie pour le DC-3 de Breitling qui a bouclé son tour du monde

Abonnés
chargement
Le DC-3 a bouclé son périple en Valais. Il lance au passage l'Airshow qui aura lieu dès ce vendredi à Sion.

 13.09.2017, 19:06   Mission accomplie pour le DC-3 de Breitling qui a bouclé son tour du monde

Aviation - Mercredi peu après midi, le DC-3 de Breitling a mis un point final à son tour du monde de légende en atterrissant sur le tarmac sédunois.

La ville de Sion défile à travers le hublot puis une petite secousse indique que l’appareil a touché le tarmac sédunois. Une salve d’applaudissements s’ensuit. Il est 12h05 mercredi. Le DC-3 de Breitling vient de boucler son tour du monde. L’illustre avion roule jusque devant l’aérogare sédunois et les deux hélices s’immobilisent après un périple, pardon le périple, de tous les superlatifs: six mois d’aventure, 50’0000 kilomètres parcourus, 240 heures de vol et 28 pays...

La ville de Sion défile à travers le hublot puis une petite secousse indique que l’appareil a touché le tarmac sédunois. Une salve d’applaudissements s’ensuit. Il est 12h05 mercredi. Le DC-3 de Breitling vient de boucler son tour du monde. L’illustre avion roule jusque devant l’aérogare sédunois et les deux hélices s’immobilisent après un périple, pardon le périple, de tous les superlatifs: six mois d’aventure, 50’0000 kilomètres parcourus, 240 heures de vol et 28 pays survolés.

>>A lire aussi: Sion Airshow: atterrissage réussi pour le DC-3
 

Francisco Agullo (à droite) tout sourire quelques minutes après l'atterrissage à Sion. © KEYSTONE/Christian Merz 

 

Désormais, le DC-3, du haut de ses 77 ans et 77’000 heures de vol (presque neuf ans) est le plus vieil avion au monde à avoir bouclé un tour du globe. Et ce n’est pas un hasard si l’appareil conçu par l’américain Douglas Aircraft est parvenu à réaliser cet exploit. «Avec sa vitesse et son rayon d’action, cet appareil a tout simplement révolutionné l’aviation», expliquait Francisco Agullo, chef-pilote du tour du monde, juste avant d’entamer l’ultime étape hier matin. «Durant la deuxième guerre mondiale -à laquelle le DC-3 de Breitling a participé pour transporter des troupes-, un avion sortait des usines chaque deux heures. Ainsi, une fois le conflit terminé, de nombreux avions étaient disponibles ainsi que des équipages parfaitement formés dont a grandement bénéficié l’aviation civile.»

>>A lire aussi: Sion Airshow: le Valais, point final d’un tour du monde légendaire pour le DC-3 et son équipe
 

Le DC-3 a révolutionné l'aviation. © KEYSTONE/Christian Merz 

 

L’appareil décolle comme une feuille

Pour comprendre cette révolution, il suffit de grimper dans l’avion. Grimper prend tout son sens parce qu’à l’arrêt, le DC-3 est penché. L’intérieur est spacieux et le bois qui garnit les hublots rappelle que l’on a pris place dans un avion historique. On serait presque tenté d’héler une hôtesse avec des ailes dorées brodées sur son calot pour lui commander un vermouth. Pour cette fois, il n’en saura rien.

La fiabilité de l’appareil se vérifie également au décollage. Alors que l’on s’attend à un rush poussif, le DC-3 prend les airs comme une feuille. A l’exception de quelques turbulences, le vol est soyeux et diffère peu d’un avion normal à part peut-être le bruit et les quelques degrés en mois dans l’habitacle. L’endroit où l’on prend vraiment la mesure de l’ancienneté de l’appareil est le cockpit. Il y a bien quelques appareils électroniques indispensables rajoutés mais ce sont surtout les commandes métalliques et les nombreux leviers qui sautent aux yeux. Sans oublier la position des pilotes assez singulières.

>>A lire aussi: Sion Airshow: Manhattan comme personne ne l’a jamais vue... On vous emmène à bord du Breitling DC-3

 

Le cockpit est le seul endroit où l'on se rappelle que l'on est dans un avion de 77 ans. © KEYSTONE/Christian Merz 

 

Une aventure très fatiguante

Une position qui explique la grimace de soulagement de Francisco Agullo au moment de sortir du DC-3 sur le tarmac de la capitale. «Ca a été une aventure extrêmement fatigante avec des vols quasiment tous les jours. Il ne faut pas oublier que cet appareil n’est pas fait pour les trajets longue distance et qu’il n’est pas pressurisé. Encore que si l’on réfléchit bien, nous n’avons eu aucun problème technique alors qu’avec l’avion moderne que je pilote, les pannes sont légions».

Une grimace qui s’est évaporée lorsque Yannick Bovier, autre pilote qui a participé à l’aventure, a accueilli Francisco Agullo un bouquet à la main en s’excusant pour l’absence de soleil dans le ciel valaisan. «Le soleil c’est toi», a répliqué Francisco Agullo avant une longue accolade. «Nous sommes comme des frères. Nous travaillons ensemble et nous avons déjà relevé plusieurs défis tous les deux. Yannick aurait dû faire davantage d’étapes aux USA mais un souci de santé l’a contraint de revenir se faire soigner en Valais. Je crois que je suis plus content de le voir en bonne santé que de boucler ce tour du monde.» 
 

La patrouille des Frecce Tricolori ont accompagné le DC-3 pour son ultime étape entre Genève et Sion . © KEYSTONE/Christian Merz 

 

En vol pour de nouvelles aventures

Le duo pourrait se reformer prochainement car Francisco Agullo réfléchit déjà à de nouveaux projets. «Mais pas tout de suite, d’abord je veux juste réaliser ce que l’on vient de faire.» Le pilote n’entrera pas davantage dans les détails mais la nouvelle aventure restera dans le domaine historique. «Nous vivons sur une planète magnifique avec des gens très accueillants. A chaque fois où l’on prenait de l’essence c’était une fête et les gens voulaient partager un moment avec nous.  C’est d’ailleurs le meilleur souvenir que je garderai de ce tour du monde, ce message de paix, ce rêve aérien», conclut Francisco Agullo avant de serrer la main à un bénévole venu spécialement d’Italie et de lui offrir des étoiles dans les yeux en lui proposant d’aller prendre place derrière le manche du DC-3. 

 

Les Frecce Tricolori en action. © KEYSTONE/Laurent Gillieron
 

 


>>A lire aussi: Breitling Sion Airshow: ce que vous devez savoir sur le meeting aérien


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

WahouuuuuSion Airshow: Manhattan comme personne ne l’a jamais vue... On vous emmène à bord du Breitling DC-3Sion Airshow: Manhattan comme personne ne l’a jamais vue... On vous emmène à bord du Breitling DC-3

Acrobatie aérienneSion Airshow: on a volé en Bücker et avec le Breitling Jet Team: de la voltige d'autrefois à sa version ultimeSion Airshow: on a volé en Bücker et avec le Breitling Jet Team: de la voltige d'autrefois à sa version ultime

aviationBreitling Sion Airshow: ce que vous devez savoir sur le meeting aérienBreitling Sion Airshow: ce que vous devez savoir sur le meeting aérien

Top